Il existe une caste d’individus qui descendent directement du soleil, on les appelle les SEO. Ils sont capables de manipuler les résultats de Google.

Les autres castes, développeurs, graphistes et marketeurs restent la plupart du temps bouche bée devant une telle démonstration de puissance. Mais ce pouvoir, qui implique une grande responsabilité (coucou Oncle Ben), est à l’origine d’une scission au sein de cet ordre légendaire. Les SEO White Hat et SEO Black Hat.

Avant de vous parler du combat interne qui ronge tous les référenceurs du monde depuis de nombreuses générations, un combat digne de l’affrontement entre Jedis et Siths, il me semble important de reprendre un peu les bases (simples) du SEO.

Le référencement c’est l’art d’être visible sur le Web, tu auras beau avoir le plus beau site, avec les meilleures fonctionnalités ou le plan de communication Facebook le plus rodé, si tu ne travailles pas ton référencement, tu peux tout arrêter maintenant.

Pour être visible, il faut te mettre à la place des internautes que tu cibles :

  • Comment est-ce qu’ils peuvent faire pour trouver ton service/site/produit ?
  • Quel mot-clé définit le mieux ton projet ?
  • Est-ce que ce mot-clé est recherché ?
  • Qui se positionne dessus ?
  • Depuis combien de temps ?

Toutes ces questions vont t’aider dans la mise en place de ta stratégie.

Après il faut réfléchir à remplir ton site de contenus pertinents pour l’internaute, donc arrête de bosser ta page “A propos” qui ne sert qu’à booster ton égo et commence à remplir des pages qui gonfleront ton portefeuille. Le contenu sur Internet, c’est le nerf de la guerre : il faut que tu passes par la case rédaction si tu veux que ton site soit un jour visible, tu n’y arriveras pas qu’avec le bouche à oreille (sauf si ton père bosse chez Rotschild).

Ensuite il faut t’assurer que ton site soit accessible pour tous (humains, robots, aliens… tout), je sais que tu adores ces animations en Javascript et que tu trouves que ce Framework JS sorti il y a un mois est vraiment révolutionnaire, mais est-ce qu’il est (facilement) indexable ? Est-ce que Google va pouvoir accéder à ton contenu ? Si ton site est fait avec une techno trop avant-gardiste comme l’Angular JS, tu prends le risque que ton site soit moins bien indexé par Google. (Bon je suis mauvaise langue Vincent nous a prouvé qu’on pouvait allier SEO et Framework Javascript, mais quand même quoi…)

2 piliers sur 3 abordés, le dernier c’est la popularité, le jus, le Citation Flow, tous ces mots barbares pour désigner ton ami le Netlinking. Pour résumer, le netlinking c’est quand un site X fait un lien vers ton site parce qu’il est pertinent ou qu’on y trouve des infos sympas, qu’il répond vraiment à un besoin ou tout simplement parce qu’il est beau. Les liens c’est un peu la cerise sur le gâteau, c’est le coup de pouce en plus qui va donner de l’élan à ton site.

Bon maintenant qu’on sait tous de quoi on parle, je pense qu’il est temps d’aborder le vrai sujet qui t’a fait cliquer. Le sujet dont le monde entier parle en catimini dans les plus hautes sphères de l’état, le secret qui rend fou les plus grandes agences internationales : de quel côté de la force es-tu ? Plutôt SEO White Hat ou SEO Black Hat ?

Le référencement White Hat

Google, dans son infinie bonté, a édité des « guidelines », des sortes de règles à suivre pour avoir un site en bonne santé et bien référencé. Le SEO White Hat, tel un chevalier blanc, respecte ces guidelines parce que transgresser les règles c’est pas bien (et ça comporte des risques). Bien évidemment comme chaque chose sur Terre, le référencement White Hat possède des avantages et des inconvénients. C’est ce que nous allons aborder ensemble.

Il est durable mais long à porter ses fruits

Il faut voir le référencement naturel comme une course de fond, il faut être endurant, économiser ses ressources et avoir un esprit de compétition pour s’en sortir. Respecter les règles, c’est travailler de manière fiable, c’est-à-dire que Google est censé valoriser ce travail puisque tu respectes les guidelines. Travailler sur du SEO White Hat c’est s’assurer un référencement durable dans le temps, mais qui va prendre des semaines avant de porter ses fruits. Tu vas pouvoir récupérer un trafic qualifié et qui converti mais cela va prendre du temps. Sur certaines thématiques ou certains marchés, un référenceur peut attendre des mois avant de voir son site se positionner convenablement. A ce niveau là de patience, on ne peut que parler de challenge.

Il représente un challenge, mais sans certitude

Un bon SEO, qu’il soit White Hat ou Black Hat, doit avant toute chose aimer le challenge, apprécier la compétition et surtout être un adepte de la remise en question. Le SEO offre un combat très intéressant, c’est une course continuelle pour atteindre la première position ou au moins la première page. L’algorithme évolue très souvent, et il existe pléthore d’informations sur le sujet. Mais c’est aussi le souci avec le référencement naturel. Accessible à tous (maîtrisé par peu), il faut avoir un mental d’acier pour s’attaquer aux mots-clés les plus concurrentiels, et ce sans avoir la garantie que votre sueur vous rapportera de l’argent ou de la notoriété. Google ne communique que très peu sur son algorithme et ses évolutions ce qui rend la tâche compliquée. Avec les évolutions récentes sur la SERP (baisse du nombre de résultats organiques, de plus en plus d’annonces et de résultats enrichis) on est encore en train de se demander quel avenir le SEO peut avoir. C’est dans ce contexte que le SEO White Hat doit évoluer au jour le jour. Mais c’est le prix à payer pour récolter un trafic qualifié.

Il génère un trafic qualifié mais il est chronophage

Quand on se retrouve face à un client le discours est souvent le même : il me faut plus de temps ! Plus de temps pour vérifier les facteurs bloquants de votre site, plus de temps pour analyser au mieux la concurrence sur votre marché, plus de temps pour trouver un backlink de qualité… Vous l’aurez compris, comme Rome, le SEO White Hat ne se fait pas en un jour. Et c’est justement pour cela qu’il apporte un trafic de qualité. Le référencement naturel est le canal qui offre le meilleur taux de conversion, le plus grand nombre de pages visitées et le temps de session le plus long. C’est ce trafic qualifié qui motive les référenceurs White Hat. La satisfaction personnelle de voir son site commencer à ranker et à générer du trafic engagé vaut à elle seule les heures passées à ne pas dormir (vrai skill de MMI).

Avec un contenu aux petits oignons, un site impeccable et quelques liens (comptez au moins un an de travail acharné pour réunir tout ça) les résultats parlent d’eux-mêmes (si vous en avez). Vous vous retrouvez avec un trafic très qualifié (si vous n’avez pas été touché par une mise-à-jour de Google). Mais est-il possible d’avoir ces résultats en un seul mois, une seule semaine voir même un jour ? C’est ce que nous allons voir ensemble avec le SEO Black Hat !

Le référencement Black Hat

Nous l’avons vu ensemble, Google, avec ses guidelines, semble indiquer aux référenceurs la bonne façon de faire pour s’attirer ses faveurs. Sauf que certains petits malins (on vous voit) se sont décidés à ne rien respecter et à faire tout l’inverse… En résulte un groupuscule extrémiste de hackers du web, j’ai nommé les SEO Black Hat. Je ne vais pas vous surprendre, on va observer ensemble les avantages et inconvénients du référencement Black Hat.

Il est rapide mais court-termiste

Si le référencement White Hat est une course de fond, alors le SEO Black Hat est clairement un sprint. Il faut avoir de nombreuses ressources sous la main et être prêt à se donner à fond pour avoir des résultats. L’esprit de compétition reste crucial, mais le vrai plus d’un référenceur black hat, c’est sa capacité d’adaptation. Les techniques utilisées sont souvent liées à l’optimisation du temps avec la génération de contenus ou la création de pages de manière automatisée. Mais le problème quand on veut aller vite, c’est qu’on fait rarement bien. C’est pour cette raison (et aussi parce que l’algorithme de Google est de moins en moins bête) que le SEO Black hat ne perdure que rarement dans le temps. Du coup, un bon SEO black hat se doit d’être rentable très rapidement.

Il est rentable mais risqué

Le SEO Black Hat se caractérise par un ROI très optimisé, il suffit d’acheter un nom de domaine expiré, de scraper du contenu d’un concurrent, de le spinner puis de cloacker tes pages et la magie opère : tu peux récupérer aisément ton investissement initial. Quoi ? Je parle chinois pour toi ? C’est normal, le SEO Black Hat n’est pas aussi accessible que son gentil alter ego. En effet les techniques employées sont souvent très risquées, et avec l’avancée de l’algorithme de Google il est assez facile de voir son travail réduit à néant parce qu’on s’est fait attraper. Mais c’est aussi ce qui le rend si rentable, il te suffit de trouver une recette qui fonctionne et d’automatiser tes tâches répétitives pour ainsi optimiser des centaines de sites. Certains référenceurs du côté obscur peuvent, selon le nombre de sites, récupérer un sacré pactole. Et puis il faut l’avouer, jouer au chat et à la souris avec Google, c’est quand même super amusant !

Il est amusant mais malhonnête

Pour savoir si le Black Hat est fait pour toi, il faut te poser 3 questions très simples : est-ce que tu aimes essayer des trucs ? Est-ce que l’échec te motive ? Est-ce que tu rigoles quand ta grand-mère tombe par terre ? Si tu as répondu oui, bravo t’es prêt à te lancer dans le jeu, mais faut avouer que t’es quand même un sacré filou. Le Black Hat a une mauvaise image au sein de la communauté SEO, considérés comme des tricheurs, ils ne jouent pas avec les mêmes règles que les autres et utilisent des failles de l’algorithme de Google pour leurs propres fins. Le SEO Black Hat copie du contenu sur le web, le traduit ou le réécrit pour le mettre sur son site, il trompe les internautes avec du contenu putaclic et use des techniques marketing un peu limites pour pousser l’utilisateur à acheter.

Mais le SEO Black hat est aussi un précurseur, c’est grâce à lui qu’on peut affiner la liste des choses faisables sur Google, il permet de faire avancer la profession et, soyons sérieux deux secondes, il attise toutes les jalousies avec ses données Analytics de folie.

L’objectif n’est pas de choisir un côté et de dénigrer ceux qui ne sont pas dans ton équipe, le SEO est un métier très diversifié et, un peu comme le Ying et le Yang, il ne pourrait pas exister sans ses chevaliers noirs et ses chevaliers blancs. Et puis c’est quoi cette vision manichéenne ? Tout n’est pas tout noir ou tout blanc, il existe un équilibre dans la force, un SEO qui va venir rétablir la paix et l’harmonie dans la galaxie Google, le SEO Grey Hat. (générique)

Et toi, es-tu plutôt #blackhat ou #whitehat ? #SEOClick to Tweet

Si ce petit dossier sur le référencement te plait ou si tu as des choses à rajouter, n’hésites pas à laisser un commentaire

Référencement Google : Es-tu plutôt Black Hat ou White Hat ?
5 (100%) 12 vote[s]

Une réflexion sur “ Référencement Google : Es-tu plutôt Black Hat ou White Hat ? ”

  1. J’aime beaucoup la formule :
    Un bon SEO, qu’il soit White Hat ou Black Hat, doit avant toute chose aimer le challenge, apprécier la compétition et surtout être un adepte de la remise en question.
    Après, il existe différents métiers au sein même du SEO. Qu’on soit en agence, chez l’annonceur (petit ou gros), éditeur de ses propres MFA ou éditeur de fermes de liens, les tâches à réaliser ne seront pas du tout les mêmes. Cest aussi ce qui fait la beauté de ce métier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je veux Contribuer

C'est parti

Je suis un Professionnel

Voyons voir