Salut à tous ! Nouveau retour d’expérience partagé par Manon Sarraute, ancienne MMI passée par M6, dans lequel elle raconte ses missions en tant qu’UX Designer.

Ca commence à en faire des anciens de l’Université Paul Sabatier qui prennent la parole sur le blog ! Après Marion, le Studio Dot et aujourd’hui Manon Sarraute, l’IUT de Castres semble avoir sorti l’artillerie lourde ces dernières années

Manon Sarraute
Manon Sarraute

1. Bonjour Manon, une petite présentation ?

Salut le blog du MMI et merci de l’invitation ! J’ai 22 ans, je suis originaire de Toulouse et je suis UX/UI designer. J’ai fait le DUT MMI de Castres de 2014 à 2016, une excellente formation qui m’a lancé dans le monde de la communication digitale.

Ensuite, j’ai migré sur la Côte d’Azur pour faire une licence et un Master 1 « Information et Communication » à l’UFR Ingémédia de Toulon. Actuellement, je suis en Master 2 au CELSA (Université de la Sorbonne) en co-habilitation avec l’Ecole des Mines d’Alès.

Ces cinq années d’études m’ont donné l’occasion de faire plusieurs stages très formateurs : tout d’abord dans une start-up, puis dans une agence de communication digitale, ensuite chez M6 et bientôt chez Thalès. Des expériences très variées et enrichissantes !

2. Qu’as-tu fait pendant ton DUT MMI à Castres ?

Ce DUT est une pépite ! Je le recommande à tous les jeunes intéressés par la communication digitale de manière globale. En seulement deux ans, je me suis formée à la communication, au marketing, la création d’entreprise, l’audiovisuel, le graphisme, le développement web, etc… Une excellente base pour démarrer dans la vie pro !

3. Pourquoi la licence pro de Toulon après le DUT ?

Je m’étais bien renseignée sur les parcours licence/master et écoles d’ingénieurs qu’il était possible de faire après le DUT.

L’UFR Ingémédia de Toulon correspondait le mieux à mes préférences personnelles et à mes objectifs pro. C’est une école plutôt réputée pour la qualité des enseignements, le matériel à disposition, le réseau d’anciens élèves, etc… Il y a ce que l’on appelle « Réalisations Collectives », qui sont en fait des projets de création de start-up en groupe de 15 étudiants. On monte un projet de A à Z : l’idée, l’identité visuelle, le plan de communication, le business plan, la création du site ou de l’appli, etc… Pour finalement faire une soutenance finale devant un jury composé de professeurs et d’investisseurs. C’est un projet riche en expériences et en anecdotes que j’évoque souvent en entretien ! Mais surtout, cela donne l’opportunité de créer réellement sa start-up et de démarrer avec un financement.

Le DUT de Castres, la Licence et le Master d’Ingémédia m’ont apporté de nombreuses compétences pratiques et techniques. Pour ma dernière année d’études, j’ai choisi d’intégrer le CELSA pour développer mes connaissances théoriques en sciences de l’information et de la communication.

4. Comment en es-tu arrivée au métier d’UX Designer ?

J’ai toujours plus ou moins touché à l’UX design dans le cadre de mes études mais sans vraiment m’en rendre compte. Les profs parlaient de personas, de wireframes et d’architecture de l’info sans en expliquer le sens.

C’est quand j’ai fait mon stage de licence dans une agence de communication que j’ai compris l’importance de l’expérience utilisateur et le fait qu’un graphiste n’était pas un ergonome. C’est vraiment une science à part, héritée de la psychologie. J’ai développé mes compétences en UX/UI durant mon stage chez M6 où j’ai pu faire des enquêtes utilisateurs, de l’analyse de données, des ateliers de sketching … ça m’a vraiment plu !

En France, ce métier tend doucement à se développer. Il était temps !

5. Les missions chez M6, ça se passe comment ?

Chez M6, j’étais UX/UI designer dans le service web du Groupe. Je travaillais sur la transformation digitale de 6play (la plateforme de replay) en effectuant la refonte et la mise en place de fonctionnalités comme le player, le système de recherche et de recommandation, les paramètres de compte, la mise en place du RGPD, etc… J’ai adoré travailler sur ces sujets et le fait qu’ils soient utilisés par des millions d’utilisateurs a donné un réel sens à mon stage.

Manon Sarraute sur le plateau du 19:45 de M6
Manon sur le plateau du 19:45 de M6

Comme dans la majorité des grands groupes, le rythme est plus tranquille qu’en agence. M6 Web est constitué d’environ 70 personnes, regroupées dans différentes équipes (le design, l’UX, les data scientists, le marketing, l’édito, l’audiovisuel, etc…) où chacun est plutôt autonome.

6. Quels outils et méthodes de travail utilises-tu dans ton métier ?

Pour la conception d’interfaces statiques, j’utilise Sketch (sur Mac) et Adobe XD (sur PC). La suite Adobe est également un indispensable. Pour les maquettes interactives, Protopie est génial pour tester son design directement sur le support. J’attends avec impatience la sortie d’InVision sur PC. Sinon, le métier d’UX/UI designer nécessite de faire beaucoup de veille graphique. J’utilise Behance, Dribbble et Pinterest pour ça.

Le design d’interface est très flexible en termes de méthodes et chaque entreprise est libre de choisir ce qui lui correspond le mieux. Pour 6play par exemple, je travaillais avec un « design system ». D’ailleurs, Tom a publié un excellent article sur ce sujet récemment sur le blog !

7. Aujourd’hui en master, conseilles-tu aux MMI de poursuivre comme toi jusqu’à bac+5 ?

Je ne crois pas qu’il y ait de conseils à donner, le choix de ses études est très personnel. Cela dépend de sa situation, de ses intérêts, de ses ambitions … en tout cas, il faut savoir se projeter.

Pour ma part, poursuivre mes études jusqu’en bac+5 était indispensable car :

  • après le DUT, je ne me sentais pas prête à me lancer sur le marché du travail.
  • cela permet d’accéder à un meilleur salaire.
  • cela donne l’opportunité de faire plusieurs stages, d’avoir plus d’expériences et donc d’améliorer son employabilité et de se faire une idée du milieu qui nous correspond.

Aujourd’hui, après cinq années d’études, je sais ce que je veux et ce que je vaux.

#AfterMMI : Faut-il poursuivre jusqu'à bac+5 après un #DUTMMI ? La réponse de @ManonSarrauteClick to Tweet

8. Quels sont tes objectifs pour l’avenir ?

Je vais entrer dans la Digital Factory de Thalès en mars et j’espère pouvoir m’épanouir dans ce nouvel environnement, faire des rencontres passionnantes et motivantes, apprendre beaucoup.

La communication digitale est un océan d’opportunités. On peut changer de métier du jour au lendemain, travailler partout dans le monde et dans n’importe quel secteur. J’adore l’idée de ne pas avoir de route toute tracée. J’ai également plusieurs projets en perspective, stay tuned et follow-moi sur les Internets : Twitter, LinkedIn, Behance et mon site pro  

9. Une anecdote à partager sur ton parcours ?

Mon rêve de gosse était d’être architecte. J’adorais la créativité et la technique nécessaires à la conception d’un bâtiment. Quand j’ai vu les débouchés et le pourcentage d’emplois, j’ai laissé tomber. Aujourd’hui, au lieu de construire des maisons, je construis des sites et des applications. Ce n’est pas si différent finalement !

Un grand merci à toi Manon pour ce retour d’expérience ! Un portait qui devrait inspirer de nombreux étudiant(e)s qui aspirent à une carrière dans le domaine de l’UX Design !

#AfterMMI : Passée par @M6Groupe, retour sur le parcours de @ManonSarraute #UX #DesignerClick to Tweet

Quant à toi cher lecteur, si tu as des questions relatives à ce parcours, n’hésites pas à en discuter dans les commentaires, Manon se fera un plaisir d’y répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je veux Contribuer

C'est parti

Je suis un Professionnel

Voyons voir