Comment peut-on passer des années à l’école pour finalement travailler … à l’école ? Un parcours qui en questionne plus d’un et qui va nous être raconté par un ancien MMI !

Effectivement, on en connait qui ne remettront pas de si tôt les pieds à l’école, tellement ils en sortent traumatisés. Et pourtant, certains, pour pas dire beaucoup, sont amenés à revenir à l’université, cette fois-ci non pas avec le statut d’étudiant, mais celui de professionnel. Cela peut être pour donner des cours, ou également pour obtenir un des nombreux postes hors enseignement qu’offre le milieu universitaire. Et c’est le cas justement d’Adrien, un ancien MMI qui va te raconter comment il est devenu responsable digital au sein d’une école, et pas n’importe laquelle…  

Bonjour Adrien, peux-tu te présenter ? :)

Salut Le Blog du MMI   Je m’appelle Adrien, originaire d’Avignon, et je suis un ancien de la famille des MMI. J’ai suivi la formation du DUT MMI (appelée SRC à l’époque) dans la belle ville du Sud-Est nommé Saint-Raphaël. Depuis quelques années, ce DUT MMI a été relocalisé à Toulon. J’ai ensuite poursuivi mes études à Paris pour obtenir un Bac+5. Pour mon parcours professionnel, je peux citer quelques temps forts comme mon expérience chez We Are Social France (agence de social media), chez FrenchWeb (média consacré aux professionnels du web) ou encore actuellement à La Web School Factory en tant que Responsable digital.

Adrien Pépin
Adrien Pépin

Qu’as-tu fait pendant ton DUT à Saint-Raphaël ?

Au départ, j’ai failli partir en DUT Informatique. J’ai finalement choisi l’ancêtre du DUT MMI pour ses enseignements pluridisciplinaires et c’est, à mon avis, l’un des points forts de cette formation. Comme deuxième point fort, on peut également évoquer la professionnalisation via le projet tuteuré, les stages et/ou l’alternance. Les cours théoriques m’ont donné les bases, mes projets et mes stages m’ont appris à aller plus loin !

Personnellement, deux grands temps forts ont marqué mon cursus :

  • Mon stage de deuxième année qui m’a emmené jusqu’en Belgique où j’ai fait du développement web (l’expertise que je pensais développer initialement)
  • Mon projet tuteuré de deuxième année où nous avions créé le blog de l’IUT. C’est à ce moment là que j’ai décidé d’axer la suite de mes études dans le marketing et la communication (plutôt que dans le développement web).

Après le DUT MMI, vers quoi as-tu continué ?

Après mon DUT MMI, je ne me sentais pas assez solide pour entrer dans le monde du travail. Je voulais poursuivre mes études pour aller jusqu’au Bac+5 avec une école qui garderait une approche polyvalente et qui me donnerait l’opportunité de faire des projets, des stages et de l’alternance. Du concret quoi ! Après quelques recherches, j’ai finalement décidé de déménager sur Paris pour intégrer HETIC. Dans les métiers du web, je recommande souvent de choisir des formations qui mettent l’accent sur la pratique, la polyvalence, la curiosité et la prise d’initiatives.

Focus sur HETIC, est-ce vraiment l’école où il faut aller ?

Voilà l’erreur dans laquelle tombent tous les jeunes qui s’orientent : ils cherchent la « meilleure école ». Sauf que la meilleure école n’existe pas ! Chaque école a ses propres spécificités, son propre positionnement, etc. Est-ce qu’il vaut mieux aller à HETIC ou à La Web School Factory (deux formations de qualité que je connais très bien) ? Il n’y a pas de réponse. C’est un choix personnel ! Vous devez aller à la rencontre des écoles qui vous intéressent. Une fois informé, vous aurez toutes les cartes en main pour décider qu’elle est la meilleure école pour VOUS !

Aujourd’hui, comment décrirais-tu ton métier de « responsable digital » ?

Effectivement, je suis « Responsable digital », le monsieur digital de La Web School Factory   Mais comme le métier de « chef de projet », mon métier peut contenir différentes missions et enjeux. Dans mon cas, je suis sur plusieurs fronts : webmarketing, acquisition de trafic, optimisation du site web, production de contenus, community management… C’est diversifié et c’est ce qui me passionne !

À quoi ressemble la journée type d’un responsable digital ?

Franchement ? Je n’en ai pas. Bien sur, certaines tâches sont récurrentes : animer les réseaux sociaux, concevoir des emailings, suivre les statistiques du site… Mais mes journées ne se ressemblent pas car il y existe de multiples façons de la vivre ! Je m’impose toujours de repenser ma manière de faire mon travail, de tester de nouveaux leviers, de trouver de nouvelles astuces. La cerise sur le gateau, c’est de pouvoir aider des jeunes pour leur orientation dans les métiers du web !

Avec tout ça, qu’en est-il de tes projets perso ?

Les projets personnels ont, pour moi, deux objectifs : me permettre d’expérimenter dans un cadre où les contraintes sont moindres, et de sortir la tête du guidon pour m’épanouir sur d’autre sujets. Je trouve que c’est essentiel !

Dans mon cas, j’en ai trois :

D’autres idées de projet en tête ?

Oui, bien sûr ! Mais il n’y a que 24h dans une journée…  

On sent que tu as pas mal de recul en ce qui concerne le monde de l’éducation et les écoles dans le numérique, as-tu des recommandations à faire aux MMI ?

Mon parcours de formation m’a permis de côtoyer l’université et l’école privée. Je pense qu’il faut arrêter de diaboliser les écoles privées ou les universités / le public. Chaque établissement a ses atouts et ses défauts ! La recette miracle pour s’orienter, c’est de discuter avec une multitude de gens, d’étudiants, de staff d’écoles. C’est de cette manière que les voies se dessinent et les choix deviennent évidents.

Par exemple, La Web School Factory, une école d’un genre nouveau dans les métiers du web, a ouvert une année passerelle, notamment pour les DUT MMI. Est-ce la seule et meilleure voie pour poursuivre ses études après un DUT MMI ? Bien sûr que non. Mais c’est une possibilité qui s’offre à eux et il serait idiot de ne pas venir se renseigner. Il n’y a rien à perdre, tout à gagner ! Venez donc à une journée portes ouvertes ou contactez-moi directement, je prends souvent le temps de partager mon expérience pour aider les jeunes dans leur orientation.

Une anecdote à partager sur ton parcours ?

Quand j’ai commencé mon DUT MMI, je me voyais « développeur web ». Dix ans plus tard, je suis dans le webmarketing et la communication (et mes compétences techniques me servent toujours). Il y a plusieurs virages et plusieurs vies dans une carrière, restez curieux et ouverts !

Voilà qui est bien dit ! Encore un parcours étonnant et plein de surprises qui prouve une nouvelle fois jusqu’où peut amener un DUT MMI !

#AfterMMI : Retour sur le parcours d'@AdrienPepin , responsable digital chez @WSFParisClick to Tweet

Merci beaucoup Adrien pour ce témoignage, et à une prochaine fois j’espère (sur le blog, qui sait ?  ) …

Et toi, si cet article t’a éclairé sur ce métier ou sur ce qui peut se faire avec un DUT MMI, n’hésite pas à le partager ou à laisser ton avis ou tes questions en commentaires juste en dessous !

#AfterMMI : retour sur le parcours d’Adrien, responsable digital dans une école du web
5 (100%) 3 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je veux Contribuer

C'est parti

Je suis un Professionnel

Voyons voir