Adobe, IBM, Coca Cola, Netflix, Google et beaucoup d’autres entreprises ont fait du choix de la typographie leur identité. Souvent, on associe l’image d’une marque à son logo, à ses couleurs.

Mais souvent aussi, quand on lance un projet ou quand on crée une identité visuelle, on pense beaucoup au logo et à comment le composer avec les valeurs du produit ou de l’entreprise. Malheureusement, une erreur très répandue est de négliger le choix de la typographie. On se retrouve donc avec des applications, sites ou même des livres avec une typographie parfois pas très bien pensée.

Introduction à la typographie

La typographie, c’est l’art d’agencer des textes, représentée par des polices. Elle nous permet de transformer les pensées en mots et si ces mots ne sont pas bien lisibles alors le lecteur est perdu. L’objectif d’une typographie est donc de transmettre de l’information de façon attrayante sans que le lecteur le remarque pour ainsi lui offrir un confort sans effort. Et bien souvent, quand on se sent confortablement installé, on a moins envie d’aller ailleurs.

Au fait, quelle est la différence entre typographie et police ?

On se pose très rarement la question, ou alors avec une once de honte quelque part, on n’ose pas demander ou chercher la réponse. Et bien moi je vais te la donner cette réponse !

La typographie est une famille et les polices sont les différents membres de cette famille. Exemple : Arial.

Pour Arial, on trouve du bold, italic, regular.

On parle de la typographie Arial, et la police Arial bold par exemple. Pour faire simple, voici une formule à retenir : Typographie + style + graisse = police.

Parlons concret, comparer les différences entre une bonne et moins bonne typographie

Il faut savoir que par défaut, chaque logiciel de traitement de texte (Microsoft Word, Adobe InDesign, Photoshop etc.) a ses propres paramètres, mais en général ils sont presque tous pareils.

Nous allons prendre deux paragraphes, avec la typographie Times Roman avec un corps de 10 points, un interligne de 12 points et un alignement à gauche.

Un paragraphe Times-Roman
Deux paragraphes Times-Roman

Au premier coup d’œil, c’est bien. Le texte est lisible, les données sont là mais c’est tout. Le texte n’est pas attrayant, il n’est pas aussi clair qu’il le parait. Ce sont les détails qui clochent comme c’est souvent le cas pour tous les textes et il y a beaucoup de détails ici. Nous allons modifier tout cela.

Première étape : choisir une police plus lisible (on a dit qu’une typographie avec le style ça nous fera une police, tu te rappeles  ?). Times Roman est par défaut classique mais elle n’est pas géniale. Elle est plutôt condensée et un peu lourde. Les empattements de cette typo sont un peu trop petits. On dirait un éléphant, un éléphant avec des chaussons. La lisibilité est juste moyenne et le rendu est effroyable pour un contenu sur le web. Beaucoup de polices offrent de meilleurs résultats, donc sortez des sentiers battus et ne vous laissez pas avoir avec « la police par défaut » trouvée sur votre logiciel d’édition.

Nous allons prendre une typographie Adobe appelée Minion. Plus aérée, plus légère et plus simple.

« Westminster » écrit en typo Times Roman et typo Adobe Minion.

Sur Internet c’est indéniable, il faut toujours chercher à faire dans le minimalisme quand on parle de typographie pour de la lecture.

Ci-dessus, Des empattements Times Roman.

Maintenant, comparons-les aux empattements Minion. Plus simples, plus forts. Regardons-les encore. Les ‘W’ et les ‘K’ sont plus simples. Le ‘W’ Minion a deux empattements au lieu de trois et comme le ‘K’, il a des jonctions plus simples.

Ci-contre, Les caractères Times en haut ont des jambes épaisses, sur de très petits pieds et même si la police est condensée, le ‘L’ majuscule est très large, d’où un grand espace entre le ‘L’ et le ‘a’.

Je qualifie ce type de typographie de sporadique. C’est saccadé. La barre du ‘L’ Minion est plus courte, ce qui rapproche le ‘a’ et aère le reste du mot. L’empattement est plus large mais le fût est plus fin, ce qui améliore la proportion.

Le choix de la police est important, tant pour la lisibilité que pour l’esthétique. Beaucoup de polices sont excellentes pour un texte et sont construites comme Minion, de construction moyenne, sans exagérations, rien d’excentrique, où tout est proportionné.

Si tes mots sont importants, s’ils ne sont pas choisis au hasard, alors une bonne police sera payante. Ne te contente pas aux choix par défaut juste parce qu’ils existent. Donc première étape : une nouvelle police. Times Roman devient Minion. Plus large, plus pleine, plus ouverte, plus facile à lire. Et si tu n’as pas le choix, utilise ce que tu as et cherche d’autres moyens de l’améliorer.

Maintenant que nous avons vu ces différences, ce qui ne fait pas de nous des experts en typographie mais nous en donne beaucoup d’outils pour faire un choix, voici ce que le paragraphe plus haut aurait donné en Minion :

Les mêmes paragraphes qu’en début d’article mais en typographie Adobe Minion.

J’ai choisi Minion car c’est la police qui est semblable à Times Roman mais qui a été bien pensée pour de la rédaction de contenu. Sans faire d’effort, on sent qu’on lit un texte facilement et sans agression.

Savoir choisir, c’est savoir communiquer.

Communiquer un message passe par les mots choisis mais aussi par la typographie et la police, on peut exprimer l’amitié, le calme et beaucoup d’autres sentiments encore, rien qu’avec le choix de la typo.

Voici quelques exemples, je ne dis plus rien et tout le monde comprendra la même chose.

Pour aller plus loin dans la définition et la pratique, cette page consacrée à la typographie dans Adobe Muse est à consulter, et pour plus de ressources, le Blog du MMI a tout prévu si tu souhaites télécharger des typographies gratuites !

#Tutoriel : Comment faire de la #typographie son meilleur alliéClick to Tweet
Comment faire de la typographie son meilleur allié ?
5 (100%) 1 vote

2 réflexions sur “ Comment faire de la typographie son meilleur allié ? ”

  1. Bonjour Lyes,

    Tout d’abord félicitation pour ton article qui est intéressant et surtout indispensable à étudiant de première année en MMI.
    Je voulais juste faire une petite remarque pour la partie « différence entre typographie et police d’écriture », en effet, l’explication que tu fournit et juste mais cela concerne la police d’écriture (famille de font) et la font (un élément d’une même police d’écriture). La typographie est en faite l’art (technique) permettant la création/l’impression ou le design de ces termes.
    Exemple : Arial est une police d’écriture, Arial black est une fonte et tout ça est le résultat du procédé typographique.

    Au plus grand plaisir de vous lire à nouveau.

    1. Bonjour Ludo,
      Ah oui oui bien sûr mais tu as raison, c’est d’ailleurs ainsi que la typographie a été définie au début de l’article. Il est vrai que « fonte de caractères » est plus correcte pour désigner la famille de caractères, mais c’est dans le langage courant de se dire « ah tiens, j’ai utilisé cette typo… » au lieu de « ah tiens, j’ai utilisé cette fonte de caractères… ».
      Je serais puriste dans l’avenir et à très vite pour une nouvel article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je veux Contribuer

C'est parti

Je suis un Professionnel

Voyons voir