Hello, on revient avec un nouveau tuto qui va t’expliquer comment trouver des mots clés pour optimiser ton SEO !

La question de la recherche de mots clés est redondante chez les référenceurs novices ou experts. Les personnes qui s’intéressent de près ou de loin au référencement naturel (SEO) ou au référencement payant (SEA) commencent souvent par se documenter sur ce sujet précis qui est au centre de toute stratégie de contenu et ou de référencement de façon générale. Un bon positionnement passe forcément par une bonne stratégie de mots clés et par la capacité à cibler son audience à travers ces derniers.

Dans cet article je vais te partager mon retour d’expérience et ma méthodologie sur le sujet de la recherche de mots clés. Brièvement, je suis consultant indépendant en référencement naturel et je lance actuellement une agence SEO, uRoot. J’ai travaillé comme référenceur avec des agences (spécialisées ou non en SEM), des petites structures et des grands comptes.

 

Ready ? Go !

Qu’est-ce qu’un mot clé pour Google ?

Pour bien comprendre les mots clefs (keywords dans la langue de shakespeare) il faut saisir les enjeux qui y sont liés et leurs rôles dans la recherche d’information. Mais il faut aussi bien comprendre le mode de fonctionnement des moteurs de recherche. Commençons donc par le commencement : comment fonctionne Google ?

  1. Google parcourt le web via un robot qui explore les liens
  2. Pour chaque page que Google explore, il en extrait les informations pertinentes
  3. Ces pages sont ensuite stockées dans la base de données de Google (indexées) et associées à des mots clés

Côté utilisateur désormais :

  1. Un internaute qui se pose une question la transforme en un mot clé
  2. Google analyse ce mot clé et ressort les pages pertinentes qu’il a sauvegardées (indexées)
  3. Les pages sont tirées dans un ordre définit par l’algorithme de Google
  4. L’utilisateur visite la page qu’il juge la plus pertinente (en fonction de l’ordre et des informations affichées par Google)

Le mot clé est donc le pont entre la base de donnée de Google et l’acquisition de trafic : bien choisir ces derniers est donc crucial pour réussir son SEO.

Pourquoi faire une recherche de mots clés ?

Maintenant que nous avons passé au crible l’anatomie d’un mot clef et les différents styles de mots clés occupons-nous à comprendre comment s’en servir.

J’ai regroupé en 5 catégories l’usage que nous pouvons faire des mots clés dans le cadre du SEO :

  • Comprendre son marché
  • Analyser la stratégie de ses concurrents
  • Effectuer un suivi
  • Lancer des actions opérationnelles
  • Trouver des opportunités de croissance

Cette liste n’est pas exhaustive, elle a surtout vocation à montrer que les mots clés sont le dénominateur commun de presque tous les aspects du SEO. De façon générale les mots clés servent de point de référence tangible pour légitimer la mise en place d’une action ou d’une autre ayant vocation à améliorer le référencement naturel d’un site.

Comment trouver les mots clés de son secteur de marché ?

Il n’y a pas de méthodologie unique pour la recherche de bons mots clés. Ce qui est important dans ce processus de construction de la liste de mots clés c’est surtout d’avoir une vision exhaustive et globale de l’univers sémantique autour d’un mot clé. Ainsi il sera facile de produire des contenus en adéquation avec les attentes des internautes et ce à la lumière d’éléments chiffrés. Aussi, connaître le plus de mot clés possible est intéressant pour se positionner sur de la longue traîne, définir des silos de contenus ou trouver des thématiques d’articles à rédiger ou à optimiser. En bref, plus on connaît de mots clés, mieux c’est !

Le piège dans lequel il ne faut toutefois pas tomber est de vouloir chercher trop de mots clés et ainsi de s’éloigner du marché d’origine. Certains mots clés sont certes alléchants mais ce n’est pas pour autant qu’il faut tenter de se positionner dessus. Rester précis est donc une part importante de la recherche de mots. En résumé, il faut mélanger quantité et qualité pour un résultat optimal.

Voici la méthodologie que j’utilise régulièrement sur mes différents projets :

  1. Comprendre le mot clé
  2. Générer une première liste à partir du mot clé “racine”
  3. Générer une seconde liste autour du mot clé à travailler
  4. Rechercher les champs sémantiques
  5. Creuser, creuser, creuser !
  6. Nettoyer la liste
  7. Catégoriser la liste

Un exemple de recherche de mot clefs

Dans cette partie nous allons donc dérouler la méthodologie évoquée ci-dessus en travaillant le mot clé suivant : “recherche de mots clés”. Let’s go!

1. Comprendre le mot clé

Outils : Google (gratuit, tu es le produit ! ), Google Trends (gratuit)

En début de projet il est très important de comprendre en profondeur le mot clé et ses implications. L’idée ici est surtout de te documenter sur ton mot clé pour ainsi nourrir ton analyse. Pour certains mots clefs c’est évident mais pour d’autres plus techniques (“mortier”, “loi madelin”, “nf hqe”…) cette étape est cruciale.

Direction donc simplement sur Google qui va nous servir de premier outil.

Ce que je regarde à ce stade :

  • Le niveau d’optimisation des concurrents (présence du mot clef en titre, description, URL)
  • Les types d’acteurs présents
  • Les fonctionnalités présente de la SERP (présence de données structurées, images, pack local…)

S’il y a une fiche Wikipédia je la lis presque toujours intégralement dès le début de ma recherche pour m’imprégner du marché.

Je commence à fouiller dans les premiers résultats : s’ils sont là c’est qu’ils font déjà très bien ce que nous souhaitons faire : il s’agit donc de faire des mini-audits et de comprendre pourquoi ils trustent les premières places (dites triangle d’or).

Aussi, il est bon de profiter de cette étape d’immersion pour regarder si le mot clé est soumis ou non à une forte saisonnalité. Les mots clés ne sont pas toujours recherché de façon lisse en fonction de la saison. Tu recherches souvent de la tartiflette en été ? On est pas là pour juger, promis !  Pour cette étape c’est sur Google Trends que ça se passe et éventuellement sur Google Adwords si tu souhaites avoir le détail pour plus de mots clés et récupérer l’info dans un tableur a posteriori.

Tout au long de cette étape je prends des notes pour pouvoir transmettre l’information au client, aux équipes de rédacteurs web ou simplement pour moi si je reviens sur le sujet plus tard dans le projet. Ci-dessous ma prise de note sur notre exemple :

  • Recherche de mots clés = (via) des outils
  • Mot clé très concurrentiel avec des acteurs divers (blogs d’experts, CMS, outils, médias)
  • Des tops “5 outils pour…, 10 techniques pour…”
  • Synonymes : trouver / générer / chercher
  • Affixes : les plus recherchés, pertinents
  • Co-occurences : outils, [nom d’outils], guide, générateur, volumes
  • Questions : comment
  • Champs sémantiques : moteurs de recherche, SEO, référencement, SEA, position, concurrence
  • Saisonnalité : faible
  • Tendance : flat
  • Il y a des recherches sur le mot clé en anglais : keyword (18 000), key words (320)

2. Générer une première liste à partir du mot clé “racine”

Outils : Kwfinder (payant), Ranxplorer (payant), Google Adwords (gratuit)

Entrons dans le vif du sujet. Une fois que tu t’es immergé dans l’univers sémantique de ton mot clé, il s’agit de constituer une liste avec les mots clés les plus génériques. C’est ce qu’on appelle la “short tail” dans le jargon.

Dans le cas de notre mot clé, à savoir “recherche de mots clés” nous allons commencer par le réduire à un mot clé “racine”, c’est à dire, simplement “mot clé” et nous partirons de ce dernier pour faire notre recherche.

L’idée c’est de prendre du recul pour comprendre l’intégralité des mots clés qui gravitent autour de l’univers de notre mot clé cible. Si nous avions seulement basé notre analyse sur “recherche de mots clés” nous aurions eu une vision précise mais certainement trop restreinte.

Attention : les volumes de recherches sont différents en fonction de la région et de la langue, quand tu utilises un outil assure-toi d’avoir bien configuré ces derniers sur la bonne région et la bonne langue pour ne pas avoir des informations biaisées (voir screenshots ci-dessous).

KWFinder Adwords - idées de mots clés

À ce stade on injecte donc son mot clé dans les outils de recherche de mots clés :

  • Sur Google Adwords (gratuit)
  • Sur Ranxplorer (payant)
  • Sur Kwfinder (payant)

Il est possible de ne faire qu’avec des outils gratuits (ici Adwords) mais de façon générale en référencement il est nécessaire d’acheter des outils pour gagner en efficacité. Il faut se rendre compte que les licences de ces logiciels paraissent chères pour un débutant mais la réalité c’est que la plus value qu’elles apportent sur la qualité des mots clés ainsi que le temps de production de la recherche de mots clés légitime complètement l’argent investi.

Si tu débutes en référencement l’outil le plus efficace et le plus accessible est clairement kwfinder : il est intuitif, les mots clés sont pertinents, il est possible de creuser facilement certains mots clés et concrètement la licence est accessible (26€ / mois au moment de la rédaction de l’article).

On effectue ensuite trois exports, on uniformise ces derniers dans Google Sheet / Excel (changement des , en . ou encore suppression des colonnes inutiles, changement de l’ordre des colonnes…) tout en conservant un maximum d’information.

Voici le résultat de cette première étape

3. Générer une seconde liste autour du mot clé à travailler

Outils : Kwfinder (payant), Ranxplorer (payant), Google Adwords (gratuit)

Cette nouvelle étape est presque identique à la précédente sauf que cette fois nous nous restreignons à un mot clé précis.

A ce jeu là, kwfinder fonctionne pas mal ! En jouant avec les filtres, on obtient rapidement des belles listes de mots clés. Idem, sur Google Adwords, en paramétrant bien ses filtres le résultat est efficace.

trouver des mots clés

Encore une fois on clean les données et on uniformise les colonnes et voici le résultat.  

4. Rechercher les champs sémantiques

Outils : 1.fr (payant)

Comme tu le sais sûrement Google ne se base pas exclusivement sur les mots clefs pour juger de la qualité des éléments textuels d’un site. Les différentes techniques de keyword stuffing (répétition massive du mot clé) ou la densité de mots clés sont devenues peu recommandables ou peu efficaces. L’intelligence artificielle, avec en tête les techniques de NLP (Natural Language Processing) et de deep learning, a changé la donne. Désormais il faut être légitime sur une thématique et des champs sémantiques plutôt que sur ces mots clés. Ainsi, Google récompense désormais les acteurs qui traitent en profondeur un sujet plutôt que massivement un mot clé.

En résumé, Google se place désormais dans une démarche plus proche de l’utilisateur : nous cherchons un expert sur le sujet et non sur un mot clé. C’est ce comportement que Google cherche à reproduire désormais et c’est cette logique qu’il faut prendre en compte pour optimiser son référencement naturel.

Pour cette étape je ne connais qu’un seul outil que je trouve assez efficace et pertinent, il s’agit de 1.fr (notez le nom de domaine de référenceur ! ). Ce dernier, à partir d’un mot clé et d’une base de donnée d’URLS réussit à reconstituer des champs sémantiques autour d’une thématique.

champ sémantique autour d'un mot clé

Une fois cette liste constituée, je fais un export, que je clean et que je trie en fonction de la proximité avec mon mot clé cible :

  • Faible
  • Moyenne
  • Forte

J’effectue ce traitement de façon manuelle ce qui me permet, encore une fois, de m’immerger à fond dans le champ lexical de mon client.

 Voici notre document à ce stade

Cette priorisation me permettra ensuite de savoir quelle partie de mon article je développe, quels contenus je dois créer à court et à moyen terme, quels cocons sémantiques je vais travailler en priorité. Elle permet aussi de commencer à créer une architecture et des groupes de contenus à optimiser. Ces champs sémantiques peuvent aussi servir à la catégorisation des contenus, des produits ou à l’ajout de tags.

Pour reprendre l’exemple de cet article je vais m’assurer pour les champs sémantiques dont la proximité est forte qu’ils sont biens couverts dans l’article, ceux qui sont moyennement proches, je les aborderai dans l’article, ceux qui sont éloignés je vais plutôt les éviter (pour ne pas polluer ma sémantique).

Pourquoi les éviter ? Pourquoi ne pas assez de couvrir tous les champs sémantiques ?

Tout simplement car ça serait disperser la sémantique de l’article : certains champs sémantiques seraient pertinents mais ils seraient aussi trop vagues ou éloignés. Il vaut mieux donc rester précis et être expert sur les quelques champs sémantiques les plus pertinents pour son mot clé et travailler les autres champs sémantiques sur d’autres mots clés et/ou d’autres pages.

5. Creuser, creuser, creuser !

À ce stade tu as quelques centaines de mots et une bonne connaissance de l’univers lexical autour de ton secteur de marché. Il est possible de s’arrêter à ce stade mais plus l’analyse et la recherche est complète plus tu seras efficace par la suite. En d’autre termes : ne t’arrête pas maintenant, c’est justement cette étape qui a le plus de valeur ajoutée !

Ce que nous avons fait jusqu’à là c’est ce qu’on appelle de la courte traîne, par opposition à la longue traîne. Qu’est-ce donc que ce concept jargonneux ? Et bien c’est assez simple. On constate que pour un mot clé courte traîne (ex : “mot clé”) on a des dizaines de déclinaisons plus précises de ce dernier : c’est qu’on appelle la longue traîne (ex : “qu’est ce qu’un bon mot clé”, “comment trouver les mots clés d’un site”, “outils pour trouver des mots clés gratuit”). Dans la pratique la majorité des utilisateurs et des requêtes sont des requêtes longue traîne car par expérience les utilisateurs ajustent leurs requêtes et considèrent que plus le mot clé est long plus le résultat est pertinent (ce qui est en effet souvent vrai).

Source : wordtracker

Les mots clés courte traîne (short tail) sont intéressants parce qu’ils ont des volumes de recherche importants. Par contre ils ont deux principaux problèmes :

  • Ils sont souvent très concurrentiels donc très durs d’accès
  • Ils sont moins précis donc convertissent souvent moins bien

Nous allons donc voir comment faire grossir notre liste et aller découvrir des mots clés longue traîne.

5.a. Creuse chez tes concurrents

Outils : Ranxplorer (payant)

Pour cette étape, le roi des outils c’est Ranxplorer. Deux autres outils (SemRush et Ahrefs) ont la même fonction mais ont le désavantage de ne pas cibler le marché français : ils sont donc efficaces sur les mots clés anglais mais souvent moins pertinents et moins bien conçus que leur concurrent français. Un autre acteur français, Yooda, me semble efficace aussi mais je ne le connais pas assez pour juger.

Vos concurrents sont forts sur les mots clés que tu vises ? C’est une bonne nouvelle, on va pouvoir s’en inspirer et faire mieux  

Ranxplorer, c’est un peu comme si tu avais accès à la Search Console de tes concurrents. Tu peux voir comment les URLS de ces derniers se positionnent sur un ensemble de mots clés. C’est le bonheur ! De toutes les techniques c’est celle que je préfère. Pourquoi ? Parce que ça marche. Si tes concurrents sont sur ces mots clés il suffit de faire pareil, en mieux. Il n’y a pas d’approche plus pragmatique. Ils ont déjà fait le boulot pour toi.

Ce que l’on peut donc faire :

  1. On cherche sur le moteur de recherche notre mot clé cible
  2. On identifie 4-5 concurrents (j’aime bien prendre des concurrents directs et indirects)
  3. On injecte les URLS dans Ranxplorer
  4. On visite la partie “mots clés” qui nous donnes les mots clés de l’URL en question
  5. On fait un export et on importe et on trie sur Google sheet

Badum tss on se retrouve avec une tonne de mots clés longue traîne de haute qualité. Voici la tonne de mot clés en question dans notre document.

5.b. Creuse sur Google

Outils : Related Searches, Autocomplete, PPA

Je ne vais pas te mentir, pour cette étape il n’y a pas vraiment de technique. La seule méthode c’est de fouiller dans tous les sens et de suivre ton intuition. Nous allons voir comment Google peut t’aider à trouver ces petites pépites.

Les recherches associées

Ce bloc de liens, les “related searches”, est généré de façon algorithmique via de l’intelligence artificielle et constitue une petite mine d’or pour les référenceurs. On y trouve des mots clés connexes assez pertinents bien que ce ne soit pas toujours le cas.

On peut donc faire une petite recherche sur un mot clef que l’on souhaite déplier, regarder ce bloc et itérer.

Par exemple si l’on cherche : “mots clés google” voilà ce qu’on trouve :

  • statistiques mots clés google
  • trouver des mots clés pertinents
  • google keyword planner gratuit
  • keyword tool gratuit
  • outil de planification des mots clés
  • google keyword planner francais
  • google keyword tool francais
  • google adwords

“statistiques mots clés google” par exemple n’était pas encore présent dans notre liste et est pourtant très pertinent.

Les suggestions de recherche

Dans le même ordre d’idée que les related search, les suggested searches, ou recherches suggérées constituent une source efficace pour la recherche de mots clés longue traîne. Tu peux simplement regarder l’autocomplete et les mots clés qui y apparaissent pour t’inspirer mais cette technique est fastidieuse.

Astuce : pour compléter des mots clés en milieu de mot clé et non au début ou à la fin tu peux insérer le caractère * à l’endroit où tu veux voir apparaître la suggestion.

Un outil gratuit bien connu des référenceurs, Ubersuggest, permet d’automatiser ce processus de façon très efficace. Un petit nouveau, gratuit lui aussi, Answer the public fait le même boulot. Je te suggère de cumuler les deux pour toujours plus de mots clés !

People also search

Dernier arrivé dans les SERPS de Google, le module “people also search” est là encore une mine d’or pour aller chercher des mots clés longue traîne en lien avec un mot clé cible.

Comment activer ce module ?

Il suffit de visiter un site sur le mot clé que l’on souhaite analyser et revenir sur la page de résultats de recherche de Google. Et là : jackpot (de référenceur). Plein de jolis mots clés !

Par exemple sur “recherche de mots clés” j’ai :

  • statistiques mots clés google
  • mots clés les plus tapés
  • extraction mots clés texte
  • traffic travis
  • trouver les mots clés d’un site concurrent
  • comment trouver des mots clés dans un texte

Pour l’instant aucun outil n’a été développé pour exploiter cette feature mais je ne doute pas une seconde que les référenceurs les plus techniques planchent déjà sur le sujet. Affaire à suivre !  

5.c. Creuse chez toi !

Outils : Search Console (gratuit)

La dernière façon de trouver des mots clés relève un peu du bon sens mais tous les référenceurs n’y pensent pas toujours. Des données de mots clés on peut en trouver à travers des dizaines d’outils mais il y en a un qui est particulièrement précis et complet : Google Search Console !

Cette technique n’est pertinente que si tu disposes déjà de données et a le désavantage d’être biaisée : tu ne verras que les mots clés sur lesquels tu te positionnes déjà. Néanmoins elle a le mérite d’être précise et efficiente. Si tu rankes déjà sur ces mots clés pourquoi ne pas les intégrer, si ce n’est pas déjà fait, à ta liste de mots clés pour les travailler ensuite ? On passe à la next step !

6. Nettoyer la liste

Outil : Google Sheet (gratuit), Google Sheet : remove duplicates (freemium)

Nettoyons désormais notre liste pour ne garder que les mots clés les plus pertinents.

Déduplication

Avant toute chose il faut dédupliquer : les outils ayant généré des doublons entre eux il s’agit de les supprimer dès le début du tri pour gagner du temps. Pour ça utilisez un addon adapté.

Mots clés avec 0 recherches

On supprime ensuite tous les mots clés avec 0 recherches s’il y en a.

Tri manuel

Enfin, la partie la plus gourmande en temps, le tri manuel. Il s’agit ici d’éliminer les différents mots clés complètement hors-sujet qui se seraient glissés dans la liste.

Dans le cas de notre liste j’ai trouvé une petite centaines de ces mots en utilisant les filtres après avoir repéré des motifs redondants comme par exemple :

  • “définition”
  • “une clé”
  • “croisé”
  • “dictionnaire”
  • “synonyme”

On passe ainsi de plus de 3000 mots clés à un peu plus de 1000 mots clés !

Il ne faut pas s’alarmer si la liste fond au soleil : il vaut mieux avoir moins de mots clés mais de bonne qualité que l’inverse. Il ne faut pas oublier que cette liste, à terme, va servir de dénominateur commun à votre stratégie de rédaction web.

7. Catégoriser la liste

Cette dernière étape est assez simple mais doit être réalisée avec patience et précision pour être efficace.

Il s’agit de trier la liste en fonction des grosses thématiques qui s’en dégagent. J’ai ainsi fait plusieurs colonnes en filtrant par mot clé et/ou en faisant un tri manuel.

catégoriser la liste de mots clés

La technique est simple, j’ajoute des colonnes au fur et à mesure et je joue avec les filtres pour étayer les différentes colonnes. Plus il y a de colonne, plus on a de granularité, mieux c’est ! En revanche le travail prend nécessairement plus de temps.

Cette catégorisation a une double vocation :

  • Identifier les gros ensembles sémantiques (en regardant le nombre de mots clés par catégorie)
  • Faciliter les choix stratégiques et opérationnels par la suite

Il faut donc voir cet onglet du document comme le point de référence de votre stratégie de contenu SEO et le travailler en conséquence. J’ai par exemple fait de la mise en forme conditionnelle pour y voir plus clair ainsi que des moyennes sur le CPC et la concurrence.

Et voici donc le dernier onglet de notre liste de mots clés 

Cas pratique : optimiser le contenu d’un article

Pour conclure cette article nous allons utiliser la matrice de mots clés que nous venons de créer afin d’optimiser l’article que tu es en train de lire. Enfin, nous verrons comment utiliser cette matrice de mots clés de le cadre d’une stratégie de contenu plus importante qu’un simple article.

Avant / après : comment se baser sur une liste de mots clés pour optimiser son contenu ?

J’ai sauvegardé et comparé plusieurs versions de cet article en fonction du stade d’optimisation de ce dernier.

Grâce à cet outil tu vas pouvoir regarder ligne par ligne ce qui a changé entre les différentes versions.

Comment ai-je procédé pour optimiser cet article ? Le sujet est vaste et nécessiterait à lui-même un article mais voici dans les grandes lignes comment je m’y suis pris :

  • Etape 1 : j’ai commencé par optimiser mes titres en les précisant
  • Etape 2 : puis, j’ai regardé sur l’ensemble de mon article si ma couverture sémantique était correcte. Je me suis basé sur les sommes en haut du dernier onglet du tableau pour densifier ou non certains mots clefs.
  • Etape 3 : j’ai aussi regardé mes champs sémantiques plus en détails en ajoutant / supprimant des mots clés de l’onglet 4
  • Etape 4 : enfin, j’ai fait un rapide passage sur ma liste triée afin d’ajouter quelques mots clés longue traîne qui ne seraient pas présents. J’ai aussi remplacé et/ou précisé certaines expressions (clé > clef par exemple).

Comment utiliser une liste de mots clés pour définir sa stratégie de content marketing ?

L’exemple cité dans cet article repose sur un contenu. Dans les faits, une stratégie de contenu pour optimiser son SEO repose rarement sur une seul et unique contenu (bien que ça puisse être le cas, exemple sur le mot clé « albion online key« ).

Si l’on voulait optimiser tout un site pour se positionner sur le mot clef “recherche de mots clés” voici la structure que l’on pourrait déduire de cette recherche de mots clés :

  • Un vertical avec tous les outils (hors Google) de recherche de mots clés
    • Une page pour présenter chaque outil
    • Une page pour comparer tous les outils
    • Quelques pages pour faire des comparaisons entre deux outils similaires
  • Un vertical sur Adwords car il reste l’outil de prédilection de recherche de mots clés
    • Des tutos sur les aspect techniques du logiciel
    • Des questions / réponses sur l’outil
  • Un vertical sur la suite d’outils Google (autres qu’Adwords)
    • Search Console
    • Trends
    • Analytics (pour la sémantique)
    • Google suggest
    • Google autocomplete
  • Une partie contenu chaud (blog) avec les news concernant les mots clés (et un peu de SEO général)
  • Quelques pages hybrides pour consolider la sémantique (ex : « recherche de mots clés pour le SEO ou pour le SEA : quelles différences ?
  • Un vertical lexique et questions réponses pour couvrir toute la longue traîne et fortifier la sémantique globale

La recherche de mots clés : le point de départ de toute stratégie SEO

S’il ne fallait retenir que trois choses de cet article :

  • La matrice de mots clés est le point de départ et l’élément central de toute stratégie SEO. Sans elle on travaille à l’aveugle.
  • S’il y a un livrable et une étape d’un projet SEO à faire avec soin c’est bien cette liste.
  • Il existe des dizaines d’outils de recherche de mots clefs : aucun n’est parfait. Cumuler plusieurs outils et affiner soi-même comme nous l’avons fait dans cet article est la garantie d’une travail de qualité.

 

J’espère que cet article t’aura plu, d’autres viendront sûrement par la suite sur des sujets similaires. N’hésite pas à me faire part de tes retours par commentaire ou sur les réseaux sociaux (sur Twitter : @iamkalgar).

Comment faire une recherche de mots clés pour optimiser son SEO ?
5 (100%) 6 votes

3 réflexions sur “ Comment faire une recherche de mots clés pour optimiser son SEO ? ”

  1. Bonjour,

    Je ne sais pas si c’est voulu mais :
    « Cette technique n’est pertinente que si tu disposes déjà de données et à le désavantage d’être baisée : tu ne verras que les mots clés sur lesquels tu te positionnes déjà. »
    « baisée » ? Srsly ?

    Sinon, c’était sympa de découvrir de bons outils et une super méthodo !

  2. Hello, le « baiser » c’était juste pour tester votre attention. Non je rigole c’est une faute, je viens de corriger, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je veux Contribuer

C'est parti

Je suis un Professionnel

Voyons voir