WordPress, le CMS dont le nom n’est plus à faire, est vastement utilisé par les professionnels. Mais quand on est pas un pro, il faut bien commencer quelque part. Et aujourd’hui, après une courte introduction au fameux CMS, on va commencer avec un petit guide sur comment faire une installation propre de WordPress sur un serveur distant.

CMS ? WordPress ?

Si tu ne sais pas ce qu’est un CMS, tu es sur le point de découvrir un concept génial : Celui des systèmes de gestion de contenu (ou Content Management System en anglais). Ces derniers sont un avantage autant pour toi, oui toi, le futur développeur, que pour tes clients. Ils permettent grosso modo de mettre à jour dynamiquement ton site, ou plus couramment ton blog. Si je parle de clients, c’est aussi parce que grâce à ça, ton client pourra accéder à son site depuis une interface utilisateur, sans avoir à toucher au code, et il pourra bien entendu modifier son site ! C’est pas beau la vie ?

Dans cet article, je te parle de WordPress, simplement parce qu’il est extrêmement répandu, et qu’il fait de plus en plus souvent partie des outils à maîtriser quand on veut intégrer une agence web en tant que développeur. Il est à noter qu’il est le plus utilisé non seulement parce qu’il est très performant, mais aussi parce qu’il est très simple à prendre en main, parmi les plus simples même. Au bout du compte, c’est un outil puissant, relativement rapide à prendre en main et très flexible, et c’est ce qui fait sa force et la demande croissante de développeurs WordPress.

Sans plus tarder, rentrons dans le vif du sujet !

A. Où est-ce que je peux obtenir WordPress ?

A l’heure où j’écris ces lignes, la dernière version en date de WordPress est la 4.0. Cependant, on est d’accord, c’est lourd de devoir s’assurer qu’on a bien la dernière version à chaque fois. Visiblement, on est pas les seuls puisque l’équipe de développement de WordPress a pensé à tout : Un lien de téléchargement qui ne change jamais, mais dont le contenu est mis à jour à chaque nouvelle version !

Va donc directement télécharger l’archive de WordPress dans sa dernière version ! Je te conseille de garder ce lien dans tes favoris si tu comptes travailler régulièrement avec WordPress.

Une fois l’archive téléchargée, tu peux d’ores-et-déjà l’extraire dans un dossier et le garder de côté pour la suite de ce tutoriel.

B. Comment installer WordPress sur un serveur ?

Pour installer WordPress, tu as deux possibilités  :

– Soit tu possèdes un serveur chez un hébergeur (comme mon favori OVH, 1&1, Gandi, ou bien Ikoula)

– Soit tu cherches à t’exercer ou tester WordPress, ou n’importe quelle autre raison, et tu va donc utiliser un serveur local. Si tu ne sais pas ce qu’est un serveur local, je t’explique rapidement : en gros c’est une sandbox (un bac à sable) dans laquelle tu peux travailler dans des conditions similaires à celles d’un serveur de production final (c’est à dire un serveur web fonctionnel, des bases de données, et tout ce que tu peux vouloir y ajouter). Les avantages, premièrement, c’est que tu n’as pas besoin de sécuriser ce serveur de manière particulière pour que personne ne puisse y accéder, puisqu’il est local. Deuxièmement, quand on est étudiant, on a pas forcément les moyens de se payer le luxe de passer 3 mois de notre abonnement d’hébergement (généralement annuel) à développer sans profiter du produit fini. C’est donc pratique ET économique !

Si la mise en place d’un serveur local t’intéresses (tu vas probablement le voir en cours si ce n’est déjà fait), tu peux te rendre sur MAMP si tu es sur MAC OS (ou Windows), WAMP si tu possèdes  Windows ou encore LAMP si tu es sur Linux. Si tu as besoin d’aide quant à l’installation de MAMP ou WAMP, fais-le moi savoir dans les commentaires, je me ferais un plaisir de t’en parler !

Je parlerai ici principalement de l’installation sur un serveur distant car c’est le cas où les étudiants galèrent le plus la première fois.

1. Première étape : Transférer WordPress sur notre serveur

Pour pouvoir installer et manipuler WordPress, il est nécessaire de le transférer sur notre serveur en ligne. Pour cela, tu dois connaître tes identifiants de connexion FTP (File Transfer Protocol). Attends attends, c’est quoi ton truc là ?

Si tu possèdes un serveur en ligne (un hébergement), tu as reçu de l’espace web, n’est-ce pas ? Pour gérer cet espace web, on utilise une interface, qui n’est autre qu’un client FTP : On se connecte (serveur, identifiant, mot de passe), et on a accès à nos dossiers, comme sur ta propre machine, sauf que celle-ci est un serveur distant dans ce cas là. Pour accéder à ce serveur distant, tu peux utiliser un logiciel gratuit et très efficace appelé FileZilla (non non c’est pas une pub, leur site est vraiment horrible).

Si tu possèdes d’ores-et-déjà de l’espace web, tu es probablement au courant de comment ça fonctionne à ce niveau là, mais pour être sûr : Dans la plupart des cas, sur le site de ton hébergeur tu peux gérer ton site (nom de domaine et hébergement), et il existe quelque part (en fonction de l’hébergeur) une partie « FTP » ou alors « mes identifiants FTP » que tu peux configurer. Tu y trouveras toutes les infos nécessaires (serveur / identifiant / mot de passe) pour te connecter au serveur avec FileZilla.

Une fois connecté à ton FTP, il te suffira de transférer le contenu de l’archive téléchargé au début (point A) dans un dossier de ton choix.

WordPress une fois transféré sur mon serveur.
WordPress une fois transféré sur mon serveur. Il sera à l’adresse http://monurl.fr/WordPress

2. Et maintenant, comment je l’installe ?

Ton nouveau dossier comporte bien tous les dossiers et fichiers ? On peut alors passer à la suite ! Concrètement, il va falloir lancer l’installeur de WordPress, qui n’est rien d’autre qu’une page web ! Pour cela, rien de plus simple, rend-toi sur la page de ton WordPress fraîchement transféré (le dossier où on l’a mis sur notre site web, dans le point (B.1), chez moi http://monurl.fr/WordPress). Tu devrais alors tomber sur un écran d’accueil et sur un récapitulatif de ce qu’on va faire. La première étape de configuration consiste à bien configurer ta base de données pour accueillir WordPress :

Liste des infos requises par WordPress pour communiquer avec votre base de donnée.
Liste des infos requises par WordPress pour communiquer avec votre base de donnée.

 

Généralement on ne possède qu’une base de donnée pour un hébergement mutualisé (= ton site est hébergé sur une machine qui en héberge également d’autres), et il va falloir la configurer (si ce n’est déjà fait). Comme pour le FTP, tu peux faire ça dans l’interface de gestion de ton site, sur le site de ton hébergeur. Il va te filer toutes les infos nécessaires, et tu pourras ainsi créer un identifiant.

On va procéder par ordre linéaire :

Nom de la base de données : C’est le nom de la base de donnée qui va accueillir WordPress. Pour la majorité des hébergeurs, c’est le nom que tu as donné lors de la configuration de ta base de données. Ici, moi, j’en possède plusieurs, et celle où j’ai décidé d’installer mon WordPress s’appelle « monsuperwordpress ».

Le nom de ma base de donnée pour ce tutoriel.
Le nom de ma base de donnée pour ce tutoriel.

Identifiant & mot de passe : Ce sont les identifiants que tu utilises pour te connecter à ton PhpMyAdmin (= l’interface de gestion de base de données, tous les hébergeurs l’utilisent pour te permettre de gérer tes bases, tu pourras trouver un lien vers celle-ci dans l’interface de gestion de ton site). Si tu as configuré ta base de données, tu les connais, c’est les identifiants qui t’ont été demandés.

Adresse de la base de donnée : Encore une info que tu pourras trouver dans ton interface de gestion ! Celle-ci est propre à l’hébergeur. Cependant, sur certains hébergeurs (comme OVH par exemple) tu peux laisser la valeur « localhost », vu que la base de donnée est liée directement à ton hébergement. Si tu travailles en local, saches que l’adresse sera toujours localhost (qui est un alias de 127.0.0.1, soit l’adresse IP locale de ta machine).

Préfixe des tables : Cette ligne est la moins importante, elle précise simplement le préfixe des tables dans la base de données. En général, on laisse la valeur wp_, car il y a rarement un intérêt à changer cette valeur.

Et voilà pour la configuration de la base de données !  Si tu as tout bien fait, tu devrais voir ce message :

 

"Lancer l'installation"
Success!

Tu peux alors lancer l’installation. Normalement, ton installation sera très rapide. Félicitation, tu as fait la plus grosse partie du boulot!

3. Dernière étape : configurer les fondements de ton site

Dernière ligne droite pour installer WordPress !
Dernière ligne droite pour installer WordPress !

Il est maintenant temps de créer tes identifiants d’administrateur et de donner un petit nom à ton site! Pour information, le titre de ton site est toujours changeable, donc si tu n’es pas très inspiré, personne ne t’en voudra d’avoir marquer « Nyan Cat » ou un truc du genre. Le reste de la configuration est assez explicite, mis à part pour la case à cocher « Demander aux moteurs de recherche d’indexer ce site » : Je te conseille vivement de la décocher. Tu pourras toujours changer cette option dans la configuration de WordPress, mais avant, essaye d’avoir un site propre et dont le contenu est certain. Il n’y a pas de raison de vouloir que les robots d’indexage de Google & autres parcourent ton site inachevé et indexent (par erreur) tes pages en construction, les répertoriant ainsi sur Google.

Quand tu cliqueras sur « Installer WordPress », tu seras redirigé vers ton interface d’administration. Tu peux cliquer sur la petite maison à haut à gauche pour accéder à ton site. Ton premier WordPress est enfin en place, félicitations !

Un petit mot pour la fin ?

Tu sais désormais installer WordPress ! Cool non ? Je t’invite à te familiariser avec le back office (= l’interface d’administration de ton site WordPress) et à expérimenter un petit peu dans ton coin, c’est comme ça qu’on apprend le mieux ! Et ça risquera de servir pour mes prochains tutos WordPress

Quand tu sauras bien manier ton nouveau site, je t’invite à faire un tour sur cette liste de plugins incontournables et gratuits pour WordPress, ça te sera très utile.

J’espère que celui-ci te servira en tout cas (et si non, je t’aime quand même :D) ! Si tu n’as pas compris un point de ce tutoriel, où que tu penses qu’il manque quelque chose, n’hésite pas à me le dire dans les commentaires ! Ce tutoriel est garanti sans galères, donc s’il t’arrivait des pépins, viens demander de l’aide, je te répondrais le plus rapidement possible ! Merci d’avoir suivi ce petit guide, et à très vite pour en apprendre plus !

 

Le conseil séduction du jour : Si quelqu’un te plaît, je suis persuadé que le meilleur moyen de l’aborder est de l’ajouter sauvagement sur Facebook. Si tu manges un vent, insistes, la personne finira bien par craquer ! ;)

Rattrapage : Installer WordPress sans galère
4.5 (90%) 16 votes

Ce qui pourrait également t'intéresser ...

Une réflexion sur “ Rattrapage : Installer WordPress sans galère ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux Contribuer

C'est parti

Je suis un Professionnel

Voyons voir