Le Newsjacking semble très facile à mettre en place et faire le buzz n’a jamais semblé aussi simple ! Mais la réflexion et l’esprit créatif seront des atouts non-négligeables.

Alors qu’est-ce que le Newsjacking ?

Son créateur, David Meerman Scott, le définira mieux que moi : «  le newsjacking consiste à « détourner » une nouvelle en y injectant ses idées dans le but de générer visibilité et engagement sur les médias sociaux ». Les marques s’en donnent à cœur joie, un réel moyen d’impacter sa cible tout en augmentant son audience et sans investir un budget média considérable. C’est également l’un des meilleurs moyens d’augmenter son capital sympathie. Il s’agit donc, ni plus ni moins, du détournement de l’actualité. En voici quelques exemples   :

Le départ de Zinédine Zidane du Real Madrid a été une belle source d’inspiration pour Sixt.

Sixt rebondi sur le départ de Zidane du Real Madrid
Sixt rebondi sur le départ de Zidane du Real Madrid

Le Slip Français a parfaitement réussi à détourner la photo présidentielle :

Le Slip Français habille Emmanuel Macron
Le Slip Français habille Emmanuel Macron

Encore Sixt qui s’amusait des virées peu discrètes de notre ancien président en scooter :

Sixt s'amuse de François Hollande et de sa sortie extra-conjugale en scooter
Sixt s’amuse de François Hollande et de sa sortie extra-conjugale en scooter

Au vu de ces exemples et de leurs impacts, on a tout de suite envie de se lancer ! Mais attention, l’humour à forte dose et le badbuzz ne sont jamais très loin… Exemple avec les 3 Suisses qui avaient maladroitement réagit lors des attentats de Charlie Hebdo en 2015 :

Les 3 Suisses récupérant l'image Je Suis Charlie
Les 3 Suisses récupérant l’image Je Suis Charlie

Vouloir à tout prix faire le buzz en sautant sur la première actualité n’est pas forcément la bonne solution, toute actualité ne sera pas perçue de la même manière par ton audience. Il ne faut jamais oublier sa cible, rebondir sur n’importe quelle actualité risque de te lasser tout comme ta communauté…. Il faut savoir saisir le bon fait marquant et l’intégrer comme un plus dans sa ligne éditoriale.

Mais alors comment intégrer newsjacking à sa ligne éditoriale  ?

Etre en veille sur l’actualité reste indispensable, ils existent plusieurs canaux : télévision, réseaux sociaux, internet, journaux etc., une fois le fait marquant trouvé, il ne faudra pas perdre de temps et bien se préparer ! Une bonne mise en forme, un jeu de mot, tout un aspect créatif à ne pas négliger.

Tu peux ensuite lier cette actualité à ton entreprise : en plus de jouer sur l’actualité tu donnes de la visibilité à ta marque ou ton entreprise et si tu es très bon le potentiel des réseaux sociaux peut rapporter gros. D’un point de vue business le newsjacking est une vraie pépite : peu d’investissement, un ROI élevé et un capital sympathie au plus haut !

Regardons de plus près l’impact que peut générer le newjsacking

Le premier, et pas des moindres, le budget ! La mise en place d’une newsjaking ne te coûtera presque rien, si ce n’est du temps, de la réflexion et un bon esprit créatif. Une fois bien utilisé et mis en place, tu disposeras d’un réel outil de communication, puissant, qui pourra être réutilisé ou être utilisé comme ligne éditoriale, ce que Monoprix à fait avec ses célèbres jeux de mots :

Monoprix et ses jeux de mots
Monoprix et ses jeux de mots

La puissance d’un tel outil : sympathie, visibilité, audience, peux rapidement et facilement impacter ta marque et te faire sortir du lot le temps d’une publication.

Mais il ne faut pas oublier que le newsjacking est à double tranchant : il peut te faire sortir du lot ou « détruire » l’image d’une marque. Une petite dose de chance n’est pas non plus à négliger… ;)

Le Newsjacking ou l’art de surfer sur l’actualité
5 (100%) 2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je veux Contribuer

C'est parti

Je suis un Professionnel

Voyons voir